Le cloître

Printemps 2012 :

Comment aménager le jardin du cloître ? c’est la question que se pose plusieurs paysagistes en lien avec quelques frères de la communauté. Un projet à la fois sobre et symbolique est retenu, les plantations sont prévues pour septembre prochain après les grandes chaleurs de l’été. Mais il y a un problème, la pièce d’eau centrale revient trop cher, nous ne pouvons pas la financer. Père Michel l’annonce au chef d’équipe qui prévient le patron de l’entreprise de maçonnerie. Ce dernier nous contacte : "l’entreprise est désireuse et fière d’offrir un bassin de pierre, ce sera sa participation à la restauration de l’abbaye".
Un grand merci à tous nos bienfaiteurs !

Juin 2011 :

Le sol est reposé à l’identique dans deux galeries. Après des mois de travaux et de poussière, le cloitre retrouve sa couleur vive. Nous espérons que ce chantier sera fini pour Noël.

Avril 2011 :

Pierre par pierre, le sol des galeries est déposé, les tomettes en bon état sont mises de côté pour être réutilisées.

Mars 2011 :

A ce jour, les voûtes et les murs sont entièrement restaurés, il ne manque plus que la peinture : la couleur sera choisie une fois le carrelage posé.

Janvier 2011 :

Trois portes anciennes ont été découvertes à l’occasion du ravalement des murs ; chacune d’elles donne sur la partie voisine de l’abbaye, appartenant au conseil général de l’Aude. Elles ont été murées, mais demeurent apparentes.

Novembre 2010 :

Les ouvriers nettoient le jardin intérieur : les arbres sont replantés dans le parc de l’abbaye. Le réseau d’évacuation des eaux de pluie est en cours de restauration, pour cela il faut mettre à jour la tranchée originelle et l’étanchéifier.

Mars 2010 :

Dans les coins du cloître, à la jonction des ailes, l’étanchéité est assurée par de larges plaques de cuivre. Puis les tuiles sont posées une par une.

Janvier 2010 :

Après une ultime préparation et le passage
des câbles électriques en vue de l’éclairage du cloître, 144 mètres-cube de béton sont coulés, envoyés sous pression depuis les camions qui se relayent dans la cour. Pour alléger l’ensemble, le béton est associé à des billes et à des plaques de polystyrène.

Septembre 2009 :

La voûte intérieure d’une des galeries a été reprise et les percements ont été effectués pour la pose prochaine des tirants sur la galerie Nord.

Mars 2009 :

Un très gros chantier débute, qui va nous retenir longtemps. Il s’agit de la restauration, ou plutôt de la sauvegarde du cloître, sous la direction de l’Architecte en chef des Monuments Historiques. Un grand échafaudage est monté sous l’aile est. Tout le crépi est retiré. Les fentes mises à jour seront bientôt bouchées.

Avant 2009 :

Faisons l’état des lieux : les plafonds sont lézardés, le toit fuit, une des ailes est couverte de tôles ondulées, malgré ces blessures le cloître n’est pas dénué de charme...