Notre spiritualité

Les Chanoines Réguliers ont un Père commun : saint Augustin, dont ils suivent la Règle. Ses écrits ont toujours été pour eux source particulière de spiritualité, notamment pour ce qui regarde un thème majeur de la vie canoniale : l’unité dans la charité.

Les Chanoines Réguliers n’ont cependant pas de spiritualité propre. Leurs communautés forment une image, une "icône" en miniature de l’Eglise. Le mystère dont ils vivent et qu’ils incarnent, c’est, toutes proportions gardées et malgré leur faiblesse, l’Eglise. C’est dans ce cadre que notre famille religieuse est animée du désir de connaître la tradition spirituelle de l’Eglise en Orient, afin de travailler aussi au retour des chrétiens séparés à l’Eglise fondée sur Pierre et ses successeurs.

Cette universalité se conjuguerait mal avec une spiritualité particulière. Pourtant, dès les origines, notre famille religieuse s’est vouée à la Vierge Marie, à l’école de saint Louis-Marie Grignion de Montfort et de saint La Très Sainte Vierge Maximilien Kolbe. Nous croyons que, loin de rétrécir l’horizon canonial, la spiritualité mariale est à sa dimension. La Vierge n’est-elle pas invoquée en ses litanies sous le nom de "Marie, Mère de l’Eglise" ? C’est en cette "atmosphère" que nous voulons respirer pour mieux pénétrer le mystère de l’Eglise et vivre notre vocation. D’ailleurs, la consécration mariale que nous tâchons de vivre et de répandre, n’est-elle pas la Consécration à Dieu par Marie ? Etre à Marie, c’est être davantage à Jésus-Christ et à son Corps Mystique, l’Eglise.

Enfin, la dévotion à saint Jean l’Evangéliste tient une place particulière chez les Chanoines Réguliers de la Mère de Dieu. Elle est vécue comme un trait d’union entre ces diverses colorations de notre spiritualité : Saint Jean est Apôtre et contemplatif, il est fondateur d’Eglises en Orient, il est choisi par le Rédempteur comme fils de Marie à la Croix. Notre famille le regarde comme un modèle.